Le marketing

Le POUVOIR du consommateur

Ce n’est pas le boulot des consommateurs de savoir ce qu’ils veulent

Steve JOBS – Homme d’affaires, informaticien, inventeur (1955 – 2011)

Destruction massive de la Terre!

Destruction des forêts par l'intensification des cultures du soja.

Sommes nous arrivé à un point de non retour? Est-il trop tard pour un retour arrière?

Oui, tous les scientifiques s’accordent sur l’accélération du réchauffement climatique généré par les humains. C’est indiscutable! Et pourtant nos politiques, les gouvernements, les responsables ne sont pas dans l’action, ils restent dans le constat et les belles paroles.

Alors qui doit agir pour que cela change totalement? Un mouvement extrémiste, les jeunes, une révolution ouvrière, par le peuple, …

Et bien par chacun d’entre nous, car nous avons le pouvoir de tout changer. Je vois déjà les critiques : vision simpliste et enfantine. Nous ne sommes pas obligés de suivre les modèles de consommation que veulent imposer les industriels, la finance et les gouvernements.

STOP, agissez, réveillez-vous. Arrêtez de faire n’importe quoi et ensuite de vous donner une image écolo. ou je ne sais de quelle bonne conscience.

Quel pouvoir à le consommateur?

Le consommateur détient le pouvoir de changer les modes de production.

De façon générale, les consommateurs ne se rendent pas compte du pouvoir qu’ils ont sur les productions industrielles. Prenons l’exemple de la fameuse pâte à tartiner contenant de l’huile de palme. Tout le monde sait les dégâts que cela cause à la nature. Si à la place d’acheter ce type de produit, le consommateur se reporte sur un produit bien meilleur et bio. Que se passera-t-il?

L’industriel s’adaptera à la demande et fera tout pour mettre en place un modèle qui protège la nature et idéalement un produit qui pourrait tendre sur le BIO.

Ceci n’est qu’un exemple parmi des milliers, la liste est longue.

J’entends aussi le discours, qui sera sur l’emploi, l’effondrement d’une économie, ou je ne sais quoi d’autres arguments. C’est comme l’agriculteur qui utilise à outrance des produits toxiques, dangereux et qui est montré du doigt par les organisations écologiques, sa réponse est : je produis pour nourrir les gens. Mais non, tout cela nous n’en voulons plus. C’est terminé. Nous demandons aux agriculteurs, aux producteurs de nous nourrir avec des produits sains, BIO et non destructeur (dans le respect de la nature). Nous ne nous nourrissons pas pour être malade, bien au contraire.

La mal bouffe déclenche l’obésité, les cancers, les maladies, qui a envie de cela?

La puissance du réseau : quel pouvoir?

Grace à la puissance des réseaux sociaux, le monde peut changer à vitesse grand V. Avoir la bonne information et enclencher le changement.

Nous vivons dans un monde “moderne”, connecté, ou nous pouvons inter agir quasi instantanément. Utilisons ces moyens qui nous sont mis à disposition pour tout changer. Certains lancent des actions importantes : le ramassage des déchets, l’achat malin (vêtement d’occasion), des produits de saison, …

Tout est possible via les réseaux sociaux. Nous disposons même sur nos smartphones d’applications qui peuvent nous aider dans l’achat des produits.

Qu’attendons-nous exactement? C’est une question qui me revient souvent. Pourquoi le fumeur jette t’il son mégot par terre? Fait-il cela chez lui? Pourquoi certains en voiture jettent ils par la fenêtre papiers, mégots, chewing-gum, bouteilles, boîtes, emballage… Ils ont peurs que cela reste dans leur fichu voiture? Pourquoi les plages sont-elles si sales? Et que nos mers comportent plus de plastiques que de poisson? Pourquoi l’homme brûle t’il les forêts? …etc… Cela relève t’il d’un comportement déséquilibré ou plutôt d’un manque d’éducation et de respect.

Je sais, cela ne va pas plaire. Ce que j’écris vous dérange et bien changer vos habitudes, vos attitudes et regardez le monde, admirez la nature, et vous comprendrez (peut être) que notre Terre est belle et qu’elle nous donne tout ce dont l’homme à besoin. Nous ne sommes pas obligés de tout détruire. Je crois que l’homme doit plutôt protéger, préserver et aimer ce qui nous entoure.

Sur-Consommation

Les sur quantités présentes dans nos magasins sont responsables de la sur consommation. Un modèle à ne surtout pas suivre.

Des produits, des aliments à outrance, les rayons débordent. Pourquoi tout cela, car une bonne partie finira à la poubelle. Imaginez-vous un instant qu’un produit est cultivé ou qu’un animal est élevé et qu’il finira à la poubelle car il fera partie du surplus non consommé. Quel gâchis! Quelle horreur!

Je n’ai pas de leçon à donner à quiconque, chacun fait comme il l’entend mais n’est il pas préférable de consommer auprès d’un magasin de quartier plutôt que dans un magasin surdimensionné! Consommez moins mais de meilleure qualité… ne serait ce pas là une possibilité dont chacun dispose? Ce pouvoir chaque consommateur le détient, utilisez-le.

Il est urgent d’agir, il est urgent de réagir, comme le dit si bien Greta THUNBERG, notre maison brûle. Le choix de faire ou de ne pas faire, n’est plus acceptable. Même si la liberté d’agir, de penser, …etc font partie des valeurs humaines. Il faut AGIR maintenant.

Je reviens sur la citation de Steve JOBS, qui dit que ce n’est pas le boulot des consommateurs de savoir ce qu’ils veulent… et bien je crois profondément qu’il a fait une erreur d’appréciation. Vous avez probablement des avis différents, une autre vision, d’autres approches, et bien n’hésitez pas à commenter, le débat promet d’être riche.

Ma proposition de lecture

Qu’est ce qui influence vos modes de consommation? Des réponses dans ce livre de poche!

Trouver les réponses à vos modes de consommation. Sommes nous influencer, par quoi, par qui ?
, , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu